Fiscal - Juridique - Social - La pause repas : quelle gestion pour le titulaire ?

Fiscal - Juridique - SocialLa pause repas : quelle gestion pour le titulaire ?

Fabienne Rizos-Vignal
| 05.10.2017

La coupure méridienne permet aux collaborateurs de souffler et de se restaurer. Sans être aux fourneaux, le titulaire a quelques obligations à mettre en œuvre. Le titulaire doit-il rémunérer les pauses repas ? Les salariés peuvent-ils exiger un local dédié au sein de l’officine ou la remise de titres-restaurant ? Le point sur ces questions corsées.

  • repas

Les repas sur place

Commençons par le menu, il est interdit de manger dans le préparatoire et de dresser la table sur la paillasse, même pour prendre une collation, un thé ou un café express. De plus, aucun aliment, aucune boisson ne peuvent être stockés dans le réfrigérateur à usage professionnel de la pharmacie. Ces deux exigences rappelées, l’organisation de la pause repas à l’officine dépend de l’effectif de l’entreprise.

Si au moins 1 salarié souhaite déjeuner sur place...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires