La contraception d’urgence en 5 points

La contraception d’urgence en 5 points

Charlotte Demarti
| 10.04.2017

Un oubli de pilule, un préservatif qui glisse ou se déchire, un anneau vaginal mal placé, un patch qui se décolle… Diverses circonstances exposent au risque de grossesse non désirée. La contraception d’urgence orale, délivrée à l’officine sans prescription depuis 1999, vient répondre à cette situation. Lors de sa délivrance, le pharmacien doit rester neutre, professionnel, explicatif et disponible.

  • contraception

1 - Répondre à la demande

Lorsqu’une personne vient demander au pharmacien une contraception d’urgence, il est préférable d’aller tout de suite chercher le médicament, ce qui aura pour effet de rassurer la patiente. On délivrera la contraception d’urgence même si c’est le compagnon ou un ami de la patiente qui vient la chercher : rien n’interdit la délivrance à un tiers. Sans ordonnance, la contraception d’urgence fera l’objet d’un règlement (6,34 euros pour NorLevo et...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Notice

Autotests : des notices à revoir, selon l'Académie de pharmacie

Les notices de plusieurs autotests commercialisés en pharmacie sont inexactes et de nature à rassurer ou inquiéter à tort les usagers, pointe une étude de l’Académie de pharmacie. Autotests VIH, tétanos, allergie, anémie… Des... 3

Partenaires