Gestion comptable - Les nouveaux chiffres de la marge

Gestion comptableLes nouveaux chiffres de la marge

François Sabarly
| 15.09.2016

Les dernières statistiques de Fiducial* montrent que la marge brute officinale est à peu près stable en 2015, mais que la rentabilité, en montant, s’est très sensiblement dégradée. Les changements de modes de rémunération des pharmaciens en 2015 ont obligé les cabinets d’expertise-comptable à redéfinir le périmètre de la marge des officines. Or, même avec les nouvelles rémunérations, la marge brute a stagné en 2015, ce qui a entraîné une baisse significative de la rentabilité moyenne en valeur absolue. C’est un des points importants à retenir de la dernière étude statistique de Fiducial, que commentent Philippe Becker et Christian Nouvel.

  • Gestion comptable - Les nouveaux chiffres de la marge-1

Le Quotidien du pharmacien. - Votre dernière étude économique, qui porte sur les résultats de 2015 des officines clientes de Fiducial*, fait-elle apparaître une dégradation ou une amélioration de la marge ?

Philippe Becker. - Il faut d’abord préciser que nos chiffres intègrent, pour la première fois, la rémunération sous forme d’honoraires pour les médicaments remboursables. Ils intègrent aussi la modification du régime des remises sur les produits génériques. Compte tenu de ces...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires