Un marché estimé à un milliard d’euros - Les compléments alimentaires à l’heure du grand ménage

Un marché estimé à un milliard d’eurosLes compléments alimentaires à l’heure du grand ménage

29.11.2012

Avec un chiffre d’affaires qui, pour l’année 2011, tutoyait le milliard d’euros, dont 60 % reviennent au circuit pharmaceutique, le marché des compléments alimentaires fait, à juste titre, figure de poids lourd de l’officine. Mais les changements à l’œuvre dans la réglementation des produits, qui entrent en vigueur dans quinze jours, préfigurent une mutation profonde du rayon.

  • La nouvelle réglementation, qui entre en vigueur le 14 décembre, va permettre de clarifier l’offre

LONGTEMPS handicapé par un manque de cadrage réglementaire - générateur d’un flou peu artistique dans la composition et la qualité de ses produits - le rayon des compléments alimentaires regagne peu à peu la confiance de ses clients, sous l’effet d’efforts répétés pour clarifier son statut : depuis 2002, la Directive Cadre (2002/46/CE) définit les compléments alimentaires comme « des denrées alimentaires dont le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui constituent une...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires