Marché des amincissants en pharmacie - De bonnes perspectives pour 2012

Marché des amincissants en pharmacieDe bonnes perspectives pour 2012

01.03.2012

Plus que jamais, l’innovation et les lancements servent de moteurs au marché des amincissants locaux qui ne cessent de renouveler leurs promesses face à une demande toujours aussi pressante. Aujourd’hui, cependant, la minceur ne se conçoit plus comme l’effet d’un miracle mais comme la résultante d’un tout intégrant exercice physique et équilibre diététique.

  • Marché des amincissants en pharmacie - De bonnes perspectives pour 2012-1

DE CONTRASTES, le marché des soins minceur n’est pas exempt. Son appartenance au versant le plus esthétique du domaine cosmétique ne l’empêche pas d’abriter certaines références au positionnement « santé » plus marqué. C’est le cas du gel Lipoféine (Arkopharma), mais aussi de Percutaféine (Pierre Fabre Santé), dont la formule, qui bénéficie d’une AMM, les autorise à revendiquer le statut de « traitement symptomatique des surcharges adipeuses sous cutanées localisées »....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires