50 000 décès d’arrêt cardiaque par an - Défibrillateurs externes : faut-il s’équiper ?

50 000 décès d’arrêt cardiaque par anDéfibrillateurs externes : faut-il s’équiper ?

22.02.2010

Moins de 10 % des officines sont actuellement équipées d’un défibrillateur cardiaque. Pourtant, cet appareil peut être utilisé par tout un chacun depuis 2007. Le coût et la peur de mal faire sont considérés comme des obstacles à l’équipement. Mais de quoi est-on vraiment responsable en cas d’arrêt cardiaque à l’officine ? Et comment orienter son choix parmi les marques de défibrillateur ? Réponses pratiques.

L’ÉLECTROCHOC est venu il y a près de trois ans. Publié le 4 mai 2007, un décret libéralise le recours aux défibrillateurs externes dans les situations d’urgence. C’est une révolution dans la prise en charge de l’arrêt cardiaque. Autrefois, ces appareils étaient l’apanage des équipes de secouristes. Désormais, ils peuvent être utilisés par tout un chacun, dans une version simplifiée. La France tente de rattraper son retard en la matière. Aux États-Unis, cela fait bientôt trente ans que...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires