Maladies auto-immunes type Th17

Une voie pour le traitement  Abonné

Publié le 29/03/2016
Les cellules myéloïdes suppressives contribuent en fait à la pathogénèse du lupus érythémateux systémique, selon une étude sur des souris et des patients. Elles favorisent, via la production d’arginase-1, le développement des cellules Th17. Une piste pour traiter le lupus et d’autres maladies auto-immunes liées aux cellules Th17.

Les lymphocytes T helper 17 (Th 17), une troisième classe de cellules T helper récemment découverte et produisant l’Il-17A, l’IL-17F et d’autres cytokines pro-inflammatoires, jouent un rôle crucial dans plusieurs maladies auto-immunes, dont le lupus érythémateux systémique (LES), la sclérose en plaques (SEP), l’arthrite rhumatoïde, la maladie de Crohn, et l’asthme non atopique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte