Une piste pour protéger le coeur de la chimiothérapie

Une thérapie supprime la cardiotoxicité  Abonné

Par
Dr Véronique Nguyen -
Publié le 14/02/2019
Des chercheurs canadiens ont identifié une approche prometteuse chez la souris pour supprimer la toxicité cardiaque des chimiothérapies comme les anthracyclines, tout en améliorant leur efficacité. L’approche repose sur un composé médicamenteux stabilisant l’enzyme pyruvate kinase musculaire 2. Un essai clinique bientôt ?
chimiotherapie

chimiotherapie
Crédit photo : PHANIE

« Nous montrons que la stabilisation d’une protéine métabolique, PKM2 (pyruvate kinase musculaire 2), par une petite molécule médicamenteuse permet de prévenir la dysfonction cardiaque induite par la chimiothérapie et peut augmenter la réduction tumorale induite par la chimiothérapie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte