Innovation majeure dans le traitement conventionnel de la goutte

Une réduction rapide et persistante de l’uricémie  Abonné

Publié le 11/03/2010
La goutte touche plus de 600 000 patients en France. Elle est la conséquence d’une hyperuricémie prolongée qui se manifeste par des crises articulaires très douloureuses. Un nouvel hypo-uricémiant oral, Adenuric, permet d’améliorer la stratégie thérapeutique actuelle.

« LA MALADIE de la goutte véhicule une image vieillotte. C’est en effet, le rhumatisme inflammatoire chronique le plus anciennement connu, déclare le Pr Thomas Bardin (Hôpital Lariboisière à Paris). C’est une pathologie à la fois simple, facilement curable, mais qui peut être très douloureuse et invalidante. Elle est à l’origine de complications sévères, avec destruction des articulations (goutte tophacée), lithiase urinaire et néphropathie. » L’alcool et les excès alimentaires ont longtemps été associés à la goutte.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte