Dépendance au cannabis

Une prise en charge longue  Abonné

Publié le 11/12/2014
Quel que soit le produit considéré, la précocité de l’expérimentation et de la consommation régulière accroît les risques de dépendance ultérieure et plus généralement de dommages pour la santé. La prise en charge du sevrage au cannabis est d’autant plus longue et complexe que le sujet a commencé tôt, qu’il présente des comorbidités psychiatriques et que ses proches sont également consommateurs.

À 17 ANS, 4 % des adolescents se déclarent à la fois fumeurs quotidiens de tabac et consommateurs réguliers (au moins 10 fois par mois) de boissons alcoolisées ou à la fois fumeurs quotidiens de tabac et réguliers de cannabis. 2 % sont polyconsommateurs réguliers de tabac, alcool et cannabis. Seuls 6,6 % des adolescents de 17 ans n’ont expérimenté aucun de ces 3 produits (1).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte