Lien entre le papillomavirus humain de type 16 et une maladie auto-immune

Une possible indication thérapeutique du vaccin anti-HPV  Abonné

Publié le 23/10/2014
Une équipe française de l’Institut Pasteur, de l’INSERM, de l’Université Toulouse III - Paul Sabatier et du CNRS a pour la première fois montré que le lichen plan érosif muqueux pourrait être une maladie auto-immune impliquant les lymphocytes T CD8 spécifiques du HPV-16.
Le lichen plan érosif muqueux touche 0,1 à 4 % de la population générale 

Le lichen plan érosif muqueux touche 0,1 à 4 % de la population générale 
Crédit photo : PHANIE

LA VACCINATION contre le papillomavirus serait-elle aussi indiquée dans la prévention d’une maladie auto-immune : le lichen plan érosif muqueux (LPEM). C’est en tout cas ce que suggère une étude publiée dans la revue « Journal of Investigative Dermatology ». Des chercheurs français viennent de montrer que les cellules immunitaires impliquées dans le LPEM sont les mêmes que celles qui sont activées en réaction à une infection par le papillomavirus humain (de type HPV-16), mettant en évidence pour la première fois un lien entre les deux affections.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte