Une réduction d’exacerbations et des corticoïdes oraux

Une nouvelle biothérapie pour les asthmatiques sévères  Abonné

Par
Christine Nicolet -
Publié le 14/02/2019
Un des phénotypes fréquents d'asthme sévère est l'asthme à éosinophiles (55 %). Un taux sanguin élevé de ces cellules est corrélé à une hyperactivité bronchique, à des exacerbations fréquentes et à un risque élevé de non-contrôle. Benralizumab (Fasenra) est la première biothérapie ciblant directement le récepteur de l'IL-5

L'interleukine-5 (IL-5) est la principale cytokine intervenant dans l'activation, la maturation et la migration tissulaire des éosinophiles. Celles-ci jouent un rôle essentiel dans la cascade inflammatoire observée dans les formes sévères et non contrôlées d'asthme hyper éosinophilique. Elles sont une cible prioritaire pour améliorer le contrôle de la maladie. Les biothérapies disponibles actuellement (mépolizumab et reslizumab) agissent en privant les éosinophiles d'un facteur de croissance essentiel, elles contribuent ainsi à diminuer leur taux dans le sang.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte