Troubles mnésiques, risque de démence

Une mutation qui ralentit  Abonné

Publié le 21/01/2010
Les sujets porteurs d’une mutation d’un gène impliqué dans le métabolisme du cholestérol bénéficient d’un moindre déclin cognitif et d’un risque moindre de survenue de maladie d’Alzheimer. Résultats d’une étude prospective americaine sur plus de 500 personnes.

LE PLUS SOUVENT les colonnes du « Quotidien » évoquent des gènes de prédisposition aux maladies. Cette fois, une équipe new-yorkaise, Amy E. Sanders et coll., met en évidence un gène protecteur du déclin cognitif et du risque de survenue d’une démence ou d’une maladie d’Alzheimer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte