Un messager hormonal

Une molécule antalgique et antidépressive  Abonné

Publié le 09/09/2010

SI LES ESPOIRS fondés dans une nouvelle molécule découverte par des chercheurs de l’Institut Pasteur/CNRS ne sont pas déçus, un grand pas sera fait dans la thérapeutique. Catherine Rougeot et son équipe ont constaté le double pouvoir antalgique et antidépresseur d’un messager hormonal existant chez l’homme : l’opiorphine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte