L’arrivée des inhibiteurs de protéase

Une étape importante dans l’hépatite C  Abonné

Publié le 05/01/2012
Avec l’arrivée en 2011 du bocéprévir (Victrelis) et du télaprévir (Incivo), une avancée importante a été accomplie dans la prise en charge des patients atteints d’hépatite C chronique à génotype viral 1. Ces deux médicaments à prescription hospitalière sont administrés dans le cadre d’une trithérapie qui permet d’obtenir un taux de guérison supérieur à celui de la bithérapie.

AVEC le génotype 1, le plus fréquent en France (60 % des patients) et le plus difficile à traiter, le taux de guérison est passé de 2 % au début des années 1990 à 42-48 % avec la bithérapie par interféron pégylé alpha 2b et la ribavirine. L’arrivée des inhibiteurs de protéase bocéprévir et télaprévir permet d’améliorer ces résultats.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte