Une cible pour maintenir la perte de poids

Une enzyme cérébrale soulève un espoir dans l’obésité  Abonné

Publié le 28/09/2009
Le grand problème pour traiter l’obésité est que l’organisme a développé un système d’adaptation très sensible à la perte de poids, qui réduit simultanément la dépense énergétique et contribue ainsi à la reprise du poids. Il est donc important de mieux explorer les signaux qui inhibent la prise alimentaire, tel que le signal insuline dans l’hypothalamus agissant en réduisant l’expression du facteur de transcription FoxO1. Des chercheurs démontrent maintenant que l’ablation de FoxO1 dans les neurones Pomc hypothalamiques (souris Pomc-Foxo1-/-) réduit la prise alimentaire, grâce à une augmentation des taux de carboxypeptidase (Cpe), sans réduire simultanément la dépense énergétique. L’activation pharmacologique de l’enzyme Cpe (carboxypeptidase E) pourrait offrir une nouvelle approche thérapeutique contre l’obésité.
Faire échec à l’adaptation associée à la réduction pondérale

Faire échec à l’adaptation associée à la réduction pondérale
Crédit photo : S. TOUBON

« LE PRINCIPAL PROBLÈME pour traiter l’obésité est qu’il est très facile de perdre du poids en suivant un régime mais, comme n’importe qui ayant adhéré a un régime peut en témoigner, il est très difficile de maintenir la réduction de poids », explique au « Quotidien » le Dr Domenico Accili de la Columbia University (New York) qui a dirigé l’étude publiée dans « Nature Medicine ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte