« Pierre infernale » et « nitre lunaire »

Une affaire d’argent  Abonné

Par
Publié le 25/06/2015

SI LE CÉLÈBRE Papyrus Ebers comme les traités d’Hippocrate font tous deux références à l’utilisation de l’argent comme vulnéraire, force est de constater que ce métal n’a guère connu de réel succès, même à l’époque où son caractère inaltérable eût pu en faire un candidat parfait à quelque élixir de « longue vie ». Paracelse (1493-1541) en préconisait l’utilisation pour traiter les maladies du cerveau, du foie et de la rate.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte