Première biothérapie contre l’ostéoporose

Une action ciblée sur la résorption osseuse  Abonné

Publié le 17/10/2013
En France, près de quatre millions de femmes ménopausées souffrent d’ostéoporose. Cette pathologie grave est insuffisamment diagnostiquée et les femmes traitées vivent leur traitement comme peu efficace et contraignant. Une nouvelle thérapie devrait permettre une meilleure observance grâce à son action ciblée et son schéma d’administration simplifié.

L’OSTÉOPOROSE est responsable d’une surmortalité et d’une morbidité non négligeable. Elle provoque 120 000 fractures par an, dont 50 000 fractures du col fémoral. La fracture de la hanche est la plus grave en termes de morbidité, de perte d’indépendance et de mortalité. L’objectif de la prise en charge est d’éviter la survenue de fractures avant la « casse », ou de réduire la cascade fracturaire chez les patient(e)s déjà fracturé(e)s.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte