Contraception d’urgence

Un usage qui stagne  Abonné

Publié le 27/09/2018

6,2 % des femmes ont utilisé la contraception d’urgence au cours des 12 derniers mois face à un risque de grossesse non prévue, selon une enquête de Santé Publique France menée en 2016 auprès de 3 395 femmes de 15 à 49 ans. Une utilisation qui n’a pas progressé ces 15 dernières années. De même, le profil des femmes qui y ont recours a peu évolué. Ce sont surtout des femmes jeunes, résidant en région parisienne, et qui utilisent une méthode de contraception hormonale dont l’efficacité dépend d’une prise régulière (pilule, patch, etc.).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte