Dans les formes sèches et humides

Un topique prometteur dans la DMLA  Abonné

Publié le 14/10/2013
Une perte de la vision centrale

Une perte de la vision centrale
Crédit photo : Phanie

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) reste incurable dans sa forme sèche, la plus fréquente à 90 % des cas. Cet état de fait pourrait changer. Des chercheurs de la Tufts University School ont testé avec succès chez la souris un composé appelé PPADS (pyridoxalphosphate-6-azophenyl-2’-4’-disulfonic acid). Ce traitement pourrait révolutionner la prise en charge de la DMLA, car non seulement l’administration du produit se fait par voie locale mais il serait efficace dans les deux formes de la maladie, la forme sèche (dite atrophique) et la forme humide (dite exsudative).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte