Infarctus du myocarde

Un test pour repérer les fausses alertes  Abonné

Publié le 12/10/2015

Un nouveau test sanguin pourrait à l’avenir permettre de renvoyer chez eux les deux tiers des patients à très faible risque d’infarctus qui se présentent dans les services d’urgence en raison de douleurs thoraciques, selon une étude publiée dans « The Lancet ». Les chercheurs ont dosé la troponine dans le sang de 6 000 patients admis dans des hôpitaux écossais et américains à cause de douleurs thoraciques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte