Antipaludéen artémisinine

Un test dépiste les résistances  Abonné

Publié le 19/09/2013
Mis au point par une équipe internationale, un test in vitro mis au point par une équipe internationale est capable de prédire l’émergence et l’extension de la résistance à l’artémésimine, un antipaludéen extrêmement répandu. La méthode est réalisable sur le terrain, peu contraingante et rapide. Elle devrait permettre mieux contrôler les infections à Plasmodium falciparum.
L’anophèle, vecteur du Plasmodium falciparum

L’anophèle, vecteur du Plasmodium falciparum
Crédit photo : CDC

L’APPARITION, en Asie du Sud-Est, de résistances à l’artémisinine, un antipaludéen qui a permis d’alléger considérablement le poids des infections à Plasmodium falciparum, soulève un défi dans le contrôle du paludisme à l’échelle mondiale. Dans ce contexte, il faut se réjouir de la mise au point, par une équipe de Cambodgiens, avec l’Institut Pasteur de Paris, le National Institute of Health américain et la participation de Genevois, d’un test in vitro capable de prédire les résistances à l’antipaludéen.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte