Prothèses mammaires externes

Un potentiel encore sous-exploité  Abonné

Publié le 17/09/2013
Disponibilité, connaissances et psychologie seront les prérequis indispensables à tous ceux qui veulent se lancer dans l’adaptation de prothèses mammaires externes. L’activité, liée au champ de l’orthopédie, présente cependant de nombreux atouts que l’avenir pourrait accentuer, à commencer par un potentiel encore sous-exploité.

APRÈS avoir connu de fortes augmentations il y a une vingtaine d’années, l’incidence du cancer du sein s’est réduite, pour atteindre une hausse n’excédant pas 1 % en 2011 (53 000 nouveaux cas). Malgré tout, la maladie cause encore de nombreux décès, 11 500 en 2011 (source : Institut national du cancer), et classe plus de 500 000 femmes en affection de longue durée. Mieux dépisté, mieux soigné, le cancer du sein engendre, dans la majorité des cas, une chirurgie partielle plus ou moins large, la mastectomie totale ne touchant que 35 % des patientes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte