Dysfonction érectile

Un nouvel inhibiteur de la PDE5 d’action plus rapide et prolongée  Abonné

Publié le 03/04/2014
Les inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (IPDE5) sont l’option thérapeutique de première ligne pour traiter la dysfonction érectile. Une nouvelle molécule, l’avanafil (Spedra), caractérisée par une très forte affinité pour sa cible, offre la combinaison d’une efficacité bien démontrée avec une pharmacocinétique très favorable et un bon profil de tolérance.

DEPUIS les vingt dernières années, les progrès de la médecine ont profondément modifié la sexualité masculine à tous les âges de la vie, avec d’abord l’invention des injections intracaverneuses, puis les IPED5. Ils ont permis de dépasser la plupart des difficultés masculines pour trouble érectile ou éjaculation précoce. En cas de dysfonctionnement érectile, il faut pouvoir intégrer les IPDE5 et les stratégies érotiques dans l’accompagnement du patient.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte