Syndrome de Lennox-Gastaut

Un nouvel antiépileptique associé à une maladie orpheline  Abonné

Publié le 18/03/2010
Maladie rare, le syndrome de Lennox-Gastaut touche 9 600 enfants en France. Encéphalopathie épileptique sévère, elle est fréquemment associée à un retard mental avec des troubles de la personnalité. Sa prise en charge est réfractaire aux antiépileptiques conventionnels et le nouvel antiépileptique, Inovelon, médicament orphelin, trouve sa place comme traitement adjuvant dans la stratégie thérapeutique.

LE SYNDROME de Lennox-Gastaut (SLG) représente 1 à 2 % de toutes les épilepsies de l’enfant. Il apparaît en général entre l’âge de deux et sept ans de manière insidieuse et très progressive. Son pronostic vital et social est sombre et la mortalité est de 5 %.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte