Constipation du patient sous opiacés

Un nouvel acteur du soin palliatif  Abonné

Publié le 02/07/2009
La méthylnaltrexone, principe actif de Relistor, bloque l'effet constipant des opiacés sans interférer sur l'antalgie. Un mécanisme d'action inédit qui améliore la qualité de la vie, lorsque celle-ci touche à sa fin.

PLUS D'UN patient sur deux subit une constipation lorsqu'il est placé sous opioïdes, en accompagnement d'un traitement anticancéreux. Très inconfortable, cet effet secondaire aux traitements antalgiques rend plus difficile encore les derniers moments de vie. Il est quasi systématique et n'est pas lié à la dose de morphiniques administrée. Bien souvent, une déshydratation fécale aggrave encore la situation. Pour contrer la constipation, il existe bien sûr une batterie de laxatifs osmotiques, stimulants, lubrifiants, etc.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte