Fibrose pulmonaire idiopathique

Un médicament pour ralentir sa progression  Abonné

Publié le 28/01/2016
Les options thérapeutiques efficaces pour prendre en charge la fibrose pulmonaire idiopathique sont très limitées à ce jour. Boehringer Ingelheim lance un nouveau médicament qui élargit l’arsenal thérapeutique de cette pathologie chronique, grave et progressive, engageant le pronostic vital des malades.

La fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) est la plus fréquente des maladies rares mais elle reste difficile à identifier. Les symptômes ne sont pas spécifiques (toux sèche et persistante, essoufflement, gêne thoracique), ce qui rend le diagnostic difficile. Le délai diagnostique est de plus d’un an en moyenne. Le scanner thoracique est le seul outil majeur pour confirmer la fibrose.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte