Comment est activée l’horloge biologique

Un gène sonne le clairon tous les matins  Abonné

Publié le 10/10/2011
Un composant clé de l’horloge biologique vient d’être identifié, son gène « réveille-matin ». Responsable tous les jours de la réactivation des rythmes circadiens mis au repos pour la nuit, il demande à l’organisme de se lever et de s’activer. Ce gène encode la protéine JARID1a, une enzyme modifiant les histones ; elle réactive chaque matin le complexe Clock-Bmal1, en contrant l’action d’un frein, la protéine HDAC1. Cette découverte ouvre de nouvelles voies d’exploration des bases génétiques des troubles du sommeil, du vieillissement et des maladies chroniques, comme le diabète et le cancer, avec d’éventuelles répercussions thérapeutiques.
Un gène réveille-matin qui incite l’organisme à se lever, à s’activer

Un gène réveille-matin qui incite l’organisme à se lever, à s’activer
Crédit photo : PHANIE

« L’organisme est essentiellement une collection d’horloges. Nous savions grossièrement quel était le mécanisme qui ordonnait à l’horloge de se mettre au repos pour la nuit, mais nous ignorions ce qui l’activait au petit matin. Maintenant que nous l’avons découvert, nous pouvons explorer plus profondément le mauvais fonctionnement de nos horloges biologiques lorsque nous vieillissons et que nous déclarons des maladies chroniques », explique le Dr Satchidananda Panda, du Salk Institute for Biological Studies (La Jolla, États-Unis) qui a dirigé ce travail.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte