Un enjeu économique colossal  Abonné

Publié le 19/10/2009

La croisade du Gemme pour défendre le dextropropoxyphène recouvre également un intérêt économique important. Car, sur ce marché, la part des génériques atteint 90 % pour le dextropropoxyphène-paracétamol et 80 % pour les produits dans lesquels la caféine est associée en plus. Au total, le marché français représente près de 70 millions d’unités vendues chaque année, tandis que les ventes totales d’antalgiques de palier II s’élèvent à 123 millions d’unités.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte