Immunothérapie dans le mélanome

Un bénéfice durable après 4 ans de suivi  Abonné

Par
Karelle Goutorbe -
Publié le 09/07/2018
L’analyse à 4 ans de l’étude Keynote-006 a permis de confirmer l’amélioration du taux de survie sous pembrolizumab par rapport à l’ipilimumab, ainsi que la durabilité des réponses. De plus, 20 mois après l’arrêt du pembrolizumab, 86 % des patients n’avaient pas progressé.
mélanome

mélanome
Crédit photo : PHANIE

Dans l’étude de phase III Keynote-006, 834 patients atteints de mélanome avancé inopérable, en première ligne de traitement ou prétraités par anti-BRAF, recevaient soit l’anticorps anti-PDL1 pembrolizumab (10 mg/kg toutes les 2 ou 3 semaines) pendant deux ans au maximum, soit l’anticorps anti-CTLA4 ipilimumab (4 injections de 3 mg/kg toutes les 3 semaines). « L’originalité de cet essai est que les patients devaient arrêter le traitement par pembrolizumab après deux ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte