Une structure bien délimitée

Un anatomiste russe aurait isolé le point G  Abonné

Publié le 07/05/2012
Hypothétique puis insaisissable, le point G a suscité des débats enflammés. Il a maintenant une existence anatomique, puisqu’Adam Ostrzenski annonce l’avoir disséqué sur le cadavre frais d’une femme de 83 ans.

PENDANT des siècles, les femmes ont fait état d’un gonflement de la partie supérieure du vagin antérieur au cours de l’excitation sexuelle. En 1950, Ernest Gräfenberg illustrait pour la première fois cela, en publiant ses travaux sur « le rôle de l’urèthre dans l’orgasme féminin ». Ainsi nommé en raison de l’initiale du nom de celui qui l’a décrit, le point G avait, par la suite et pendant longtemps, continué à être considéré comme un simple concept d’un phénomène qui exprimait des expériences sexuelles personnelles chez les femmes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte