Prise en charge de la douleur chez le sujet âgé

Trouver le juste équilibre bénéfice-risque  Abonné

Publié le 10/12/2009
La chronicisation de la douleur chez le sujet âgé peut conduire à une dégradation de son état général, une perte d’autonomie, et une décompensation de pathologies jusqu’alors contrôlées. Il est donc nécessaire de la prendre en charge sans délai avec un traitement adapté à ces patients à risque.
Entre efficacité et tolérance

Entre efficacité et tolérance
Crédit photo : S. toubon

AVANT DE METTRE en place un traitement antalgique, on procède à une évaluation complète de la situation, afin de s’assurer de l’existence de la douleur et de ses caractéristiques. Si le niveau cognitif de la personne ne permet pas une auto-évaluation, on peut utiliser une échelle d’hétéro-évaluation en faisant appel à des proches, ou on pratique un test antalgique. Il faut également repérer les critères de fragilité justifiant une vigilance accrue, comme l’âge supérieur à 80 ans, le nombre de comorbidités et de traitements concomitants, et, au besoin, faire un bilan biologique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte