Surrisque de gliomes et de méningiomes

Téléphone portable : débat relancé  Abonné

Publié le 22/05/2014
Plus de deux fois plus de risque de gliomes et de méningiomes chez les gros utilisateurs de téléphone portable, ce sont les chiffres chocs de l’étude de l’ISPED. C’est une nouvelle pierre au débat sur les risques des expositions aux radiofréquences avec, en filigrane, l’éternel problème de l’évaluation du phénomène.

C’EST UN EUPHÉMISME de dire que le sujet du rôle carcinogène des radiofréquences prête à polémique. Menée par Gaëlle Coureau de l’Institut de santé publique, d’épidémiologie et du développement (ISPED) installé au sein de l’université de Bordeaux, une étude cas-contrôle vient apporter sa contribution au débat en concluant en effet qu’il existait une corrélation entre une utilisation intensive du téléphone portable et le risque de tumeur cérébrale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte