Surdiagnostic et surtraitement  Abonné

Publié le 26/05/2014

Dans l’état actuel des connaissances scientifiques, lors du diagnostic, il n’est pas possible de distinguer les cancers qui vont évoluer, qui sont majoritaires, de ceux qui n’auraient pas évolué en l’absence de dépistage. On parle de surdiagnostic. Dans les études les plus rigoureuses, ce risque est estimé à moins de 20 %. La balance bénéfice/risque est d’autant plus défavorable que le dépistage concerne les femmes jeunes et/ou sans facteur de risque.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte