Déchets d’activités de soins à risques infectieux

Sur le terrain, les pharmaciens s’organisent  Abonné

Publié le 11/01/2010
Dans l’attente d’une ligne de conduite nationale, les acteurs du dossier des DASRI mènent des initiatives locales. Certaines d’entre elles remontent à une dizaine d’années. Exemples livrés lors du Forum des pharmaciens de Nice.
Des initiatives locales

Des initiatives locales
Crédit photo : S TOUBON

L’ORGANISATION de la collecte des déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) n’est pas encore tranchée au niveau national. Mais elle s’est faite, de longue date, au plan local, devant la nécessité de réponses pratiques à ce problème sanitaire. À Marseille, par exemple, les acteurs du dossier sont mobilisés depuis une bonne dizaine d’années. « Nous ne voulions plus d’élimination avec les ordures ménagères.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte