Un dérivé bactérien contre la maladie de Dupuytren

Succès d’injections d’une collagénase  Abonné

Publié le 10/09/2009
Les résultats d’une étude contrôlée en double aveugle contre placebo donnent un bon espoir de facilitation du traitement de la maladie de Dupuytren. L’étude CORD I confirme de manière plus formelle des données éparses qui ont montré que des injections locales d’une collagénase dérivée de la bactérie Clostridium histolyticum améliorent significativement les contractures et les déficits d’extension des doigts.
Actuellement, le traitement standard de la maladie Dupuytren est chirurgical

Actuellement, le traitement standard de la maladie Dupuytren est chirurgical
Crédit photo : PHANIE

DANS L’ÉTUDE multicentrique CORD I, menée aux États-Unis, 308 patients ont été inclus sur les critères suivants de maladie de Dupuytren : présence d’une contracture portant sur deux articulations métacarpophalangiennes (ou une interphalangienne proximale) pliant les articulations de plus de 20 degrés. La collagénase de Clostridium histolyticum (0,58 mg par injection) a été reconstituée dans 0,25 ml de produit de dilution stérile pour les articulations métacarpophalangiennes ou dans 0,20 ml pour les interphalangiennes proximales.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte