À la Une

Substitution aux opiacés : un retard stupéfiant  Abonné

Par
Publié le 02/07/2018
Pour améliorer la prise en charge des patients sous traitements substitutifs aux opiacés, et réduire le nombre d'overdoses, plusieurs pistes sont à l'étude, telles l'instauration d'une primo-prescription de méthadone en ville, ou la mise à disposition de nouvelles galéniques. Un accompagnement spécifique à ces patients pourrait également voir le jour à l'officine. Mais ces nouveautés peinent à voir le jour, comme l'ont souligné les experts réunis récemment par l'ANSM*.
metha

metha
Crédit photo : CORDELIA MOLLOY/SPL/PHANIE

methadone

methadone
Crédit photo : Phanie

Méthadone, Suboxone, Subutex et générique… Voilà à quoi se résume aujourd'hui l’arsenal thérapeutique dans la substitution aux opiacés en France. Dans certains pays européens, le nombre de molécules disponibles est au contraire beaucoup plus grand : « En plus de la méthadone et de la buprénorphine, on trouve la lofexidine en Italie et au Royaume-Uni, la levométhadone et la morphine en Allemagne, qui sont indiquées en tant que médicament de substitution aux opiacés (MSO) », explique Karima Hider-Mlynarz, évaluateur études économiques à l'ANSM.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte