Moindre toxicité des anticancéreux

Soigner le cancer en se calant sur « l’horloge biologique »  Abonné

Publié le 21/12/2009
Une étude européenne coordonnée par l’INSERM

« TOUT EST parti du constat qu’il était absolument nécessaire de limiter les effets secondaires des chimiothérapies, explique au « Quotidien » le Dr Francis Lévi, directeur de l’unité INSERM 776 “Rythmes biologiques et cancers”. Nous nous sommes alors intéressés à l’impact du rythme circadien sur les cancers, et en particulier la tolérance et l’efficacité des anticancéreux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte