Un cliché de l’être aimé comme antalgique

Si la photo est bonne  Abonné

Publié le 03/12/2009

Crédit photo : DR

MIEUX que le paracétamol, l’ibuprofène et l’aspirine, la représentation mentale ! Mais pas n’importe laquelle. C’est ce que suggère l’étonnante étude menée par des chercheurs américains de l’université de Californie (Los Angeles). Pour tester leur hypothèse, ils ont soumis quelque 28 étudiantes à de petites stimulations nociceptives - comprenez, brûlures et autres piqûres. Durant ces gentilles séances de tortures, les cobayes humains étaient plongés, ou non, dans la contemplation d’un cliché de l’être aimé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte