Dépendance à l’alcool

Selincro réduit la consommation  Abonné

Publié le 20/10/2014

Avec la commercialisation du nalmefène, l’abstinence n’est plus la seule solution pour les personnes dont la consommation d’alcool est à risque élevé.

Seulement 8 % des personnes alcoolo-dépendantes sont actuellement prises en charge

Seulement 8 % des personnes alcoolo-dépendantes sont actuellement prises en charge
Crédit photo : S. TOUBON

SUR LES QUELQUE 2 millions de Français alcoolo-dépendants (chiffre INSERM), actuellement seulement 8 % sont pris en charge et traités. Beaucoup sont conscients d’avoir perdu le contrôle de leur consommation et d’être exposés à différentes maladies et à une mortalité prématurée, mais ne souhaitent pas s’arrêter totalement. Parce que leur état et leur comportement ne nécessitent pas un sevrage immédiat et parce que le traitement est lourd, contraignant et l’abstinence difficile à atteindre et à maintenir.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte