Une nouvelle piste dans l’aide médicale à la procréation

Sélectionner les spermatozoïdes  Abonné

Publié le 23/07/2010
Figure A : spermatozoïdes murins traités avec la phospholipase A2 sécrétée de groupe X en...

Figure A : spermatozoïdes murins traités avec la phospholipase A2 sécrétée de groupe X en...
Crédit photo : CNRS

Figure B : partie apicale de la tête d'un spermatozoïde, contrôle en microscopie électronique. L...

Figure B : partie apicale de la tête d'un spermatozoïde, contrôle en microscopie électronique. L...
Crédit photo : CNRS

COMMENT améliorer encore le taux de fécondation en procréation médicalement assistée (PMA) ? Et comment diminuer les risques d’anomalies congénitales en rapport avec des spermatozoïdes défectueux ? À ces questions, des travaux français apportent des éléments de réponse très prometteurs. Des chercheurs du CNRS et de l’Inserm, appartenant à l’Institut des neurosciences de Grenoble, en collaboration avec des chercheurs japonais, viennent de montrer chez la souris l’existence d’un mécanisme physiologique ciblant et éliminant une sous-population de spermatozoïdes anormaux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte