Financement de la dépendance

Sarkozy pose les premiers jalons  Abonné

Publié le 14/02/2011
Lançant le chantier de la dépendance, le chef de l’État a écarté plusieurs pistes : l’endettement et la taxation supplémentaire du travail. Mais il insiste sur le recours aux assurances privées et appelle de ses vœux la création d’un « nouveau paritarisme ».

CETTE FOIS, le grand débat national sur la dépendance est lancé. Après l’installation par Roselyne Bachelot de quatre groupes de travail (« société et vieillissement », « enjeux démographiques et financiers », « accueil et accompagnement des personnes âgées » et « stratégie pour la couverture de la dépendance »), censés préparer le terrain des décisions, Nicolas Sarkozy a lui-même posé les premiers jalons de cette réforme emblématique de la fin du quinquennat, à l’occasion d’un grand colloque au Conseil économique, social, et environnemental. Dans son style habituel, très volontariste.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte