À retenir  Abonné

Publié le 15/04/2010

- L’inhibition hormonale est mise à profit dans de nombreuses pathologies, comme l’hyperthyroïdie, l’hyperparathyroïdie, l’hypertrophie bénigne de la prostate, les cancers hormonodépendants du sein ou de la prostate, l’endométriose, les hyperprolactinémies, l’acromégalie…

- Ces médicaments mettent en œuvre, selon le cas, une action directe sur les récepteurs hormonaux, inhibent la synthèse de l’hormone concernée ou encore sa conversion en forme active.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte