À retenir  Abonné

Publié le 03/09/2009

- De nombreux mécanismes jouent un rôle dans la régulation de la vigilance et du fonctionnement cognitif.

- Tous les médicaments franchissant la barrière hématoencéphalique et agissant, à titre principal ou (en principe) accessoire, sur les récepteurs à l’histamine, au GABA, à la noradrénaline, l’acétylcholine, la sérotonine ou la dopamine sont susceptibles de modifier le niveau de vigilance ou d’altérer le fonctionnement cognitif.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte