Reconnaître et comprendre la souffrance des femmes  Abonné

Publié le 20/10/2014

« Parler des douleurs des règles, reconnaître que la sexualité peut faire mal, évoquer la souffrance de la stérilité, c’est aller à l’encontre des représentations positives de la sexualité récréative, de la grossesse épanouissante et de la maternité heureuse », analyse Claire Marin, professeur agrégé de philosophie. Au-delà des douleurs physiques se développe alors une souffrance morale et psychologique. Ce constat est confirmé par les résultats de l’enquête IFOP/IPSEN réalisée auprès de trois populations : française, russe et chinoise.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte