Avec 4 heures de sommeil par nuit

Qui ne dort pas, dîne plus  Abonné

Publié le 08/03/2010

LE MANQUE de sommeil pourrait, par diverses voies, conduire à s’alimenter davantage. Ce qu’annonçait une équipe américaine à l’actuel congrès de l’American Heart Association, en présentant deux études centrées sur la privation de sommeil.

Marie-Pierre Saint-Onge et coll. (New York) se sont intéressés à la réponse cérébrale à un stimulus alimentaire selon la privation ou non de sommeil. Ils ont enrôlé

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte