Maladies cholestatiques

Quand se faire de la bile devient utile  Abonné

Publié le 18/10/2012
Les pathologies hépatites cholestatiques sont le plus souvent des maladies rares dont le pronostic est mauvais en l’absence de traitement. Initialement utilisé dans le traitement de la lithiase biliaire cholestérolique, l’acide ursodésoxycholique (AUDC) a considérablement modifié l’évolution de ces maladies et a même transformé le pronostic de certaines d’entre elles.
Le traitement des maladies cholestatiques repose désormais sur des indications et des posologies...

Le traitement des maladies cholestatiques repose désormais sur des indications et des posologies...
Crédit photo : phanie

LA CHOLESTASE est définie comme une diminution ou un arrêt de la sécrétion biliaire. Il en résulte une augmentation des concentrations sériques d’acides biliaires toxiques qui peuvent entraîner le développement d’une fibrose hépatique, voire d’une cirrhose. En France, environ 33 000 patients sont atteints de maladies cholestatiques. « On manque encore de données en pratique médicale courante sur ces pathologies, mais les connaissances et leur prise en charge ont beaucoup évolué, déclare le Pr Olivier Chazouillères (hôpital Saint-Antoine, Paris).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte