Addictions, autisme, dépression...

Quand le microbiote intestinal « manipule » le cerveau  Abonné

Par
Hélia Hakimi-Prévot -
Publié le 09/09/2019
Trois grands modes d’interactions - neurologique, hormonal et immunitaire - régissent les liens entre le cerveau, le tube digestif et ses bactéries. La recherche sur ces interactions avance à grand pas mais ne permet pas encore d’améliorer la prise en charge thérapeutique.
microbiote

microbiote
Crédit photo : Phanie

Le tube digestif fabrique des neurotransmetteurs qui modifient l’activité cérébrale. Les bactéries intestinales peuvent, ainsi, moduler le fonctionnement du cerveau et influencer notre comportement. Par ailleurs, face à un stress, certains mécanismes hormonaux (tels que l’augmentation du taux de cortisol) viennent également modifier les contractions du tube digestif qui interagit alors directement avec le cerveau. Enfin, « le microbiote intestinal module nos cellules immunitaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte