Psychotropes et dysfonctions sexuelles  Abonné

Publié le 03/10/2013

Les effets secondaires sexuels des traitements psychotropes bien que très fréquents (30 à 70 % pour les antidépresseurs, 50 % pour les neuroleptiques), et plus marqués semble-t-il dans le sexe féminin, sont encore insuffisamment dépistés (plainte rarement spontanée) et donc pris en compte. Leur survenue et corrélée avec une mauvaise observance, voire inobservance médicamenteuse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte