Les bases d’une voie thérapeutique

Prurit : une chance au grattage  Abonné

Publié le 09/04/2009
Le prurit, on le sait, est soulagé par le grattage, mais par quel mécanisme ? Une étude chez le singe, publiée dans « Nature Neuroscience », suggère que le grattage inhibe la transmission du prurit dans la moelle épinière, précisément en inhibant les neurones spinothalamiques à l’origine de cette transmission. Cette voie de recherche pourrait conduire au développement de thérapeutiques plus efficaces que celles disponibles aujourd’hui pour calmer les nombreuses formes du prurit.

LE PRURIT est associé au désir de se gratter et, bien souvent, le soulagement est obtenu par le simple fait de se gratter la zone de peau prurigineuse.

Cependant, lorsque le prurit accompagne une dermatose ou une maladie systémique, le besoin incessant de se gratter provoque des cycles de démangeaisons-grattage qui endommagent la peau et exacerbent le problème, et les traitements du prurit ont une efficacité limitée.

Mais comment le grattage supprime-t-il le prurit ? Le mécanisme reste inconnu.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte